Menu
Créer une alerte email
Loading...

Développer des locations saisonnières

Proposer une location saisonnière, c’est mettre à disposition de clients un lieu d’habitation leur permettant d’y vivre le temps de leur séjour, mais sans y élire domicile. Il peut s’agir d’une dépendance de la demeure ou d’un appartement indépendant installé dans le bâtiment, voire d’une cabane ou d’une roulotte. Dans tous les cas, elle comporte au minimum un lieu pour vivre et dormir, un espace cuisine, une salle d’eau et des toilettes.

La location est faite sous contrat pour une durée n’excédant pas trois mois, généralement à la semaine, mais c’est le loueur qui fixe librement la durée minimale du séjour. Le contrat peut s’accompagner ou non de prestations de service – ménage, location de draps, petit déjeuner… – et un état descriptif détaillé du logement et des équipements doit être fourni au locataire au préalable.

Pour obtenir un classement officiel, la location saisonnière doit respecter un référentiel national qui définit des niveaux de confort et d’équipement classés de 1 à 5 étoiles. On parle alors généralement de meublé de tourisme. Elle peut être labellisée chez Gîtes de France, on parle alors de gîte rural, le réseau étant reconnu au niveau national pour effectuer les visites de classement. Les gîtes ruraux sont classés de 1 à 5 épis. Il en va de même pour les locations classées de 1 à 5 clés dans le réseau Clévacances. Par ailleurs, une déclaration doit être effectuée en mairie avant l’ouverture de l’hébergement.

La location saisonnière peut venir en complément de l’activité chambres d’hôtes. En revanche, contrairement à celle-ci, elle n’est pas forcément située sur la même propriété et la gestion et l’accueil peuvent être complètement délégués à des tiers.

 

Pixabay